Les discussions sur les parfums et les odeurs sont relancées depuis que sociologues et historiens en ont élaboré la question sans préjugés, en l’ajointant d’ailleurs à tout un parti pris contemporain pour les rapports entre les sensations et la sphère du commun. À juste titre, les sensations olfactives, gustatives et tactiles sont passées du néant ou de leur condamnation traditionnelle à la sémiologie d’abord, puis à l’histoire et à la politique. Est-il possible d’accomplir un pas de plus ? Certainement. Cet ouvrage en propose les linéaments, en se concentrant sur les aspects plus philosophiques de la question des odeurs et des parfums : animalité et vice pour certaines odeurs, et spiritualité et vertu pour d’autres.

(Titien, Portrait de Clarissa Strozzi : l’invention de la boule de senteurs.)

Les parfums et les morts

Les Égyptiens nous ont légué des rites funéraires particulièrement éclairants. Ils manifestent le malaise, le dégoût et l’angoisse des humains face à putréfaction corporelle. L’auteure nous décrit alors un processus de momification, tel qu’on peut en lire les détails dans les représentations (celles d’Anubis, par exemple). La vertu ignée de l’aromate conjure l’humidité liée à la corruption et à la mort. Le Livre des morts confirme l’importance donnée aux parfums et l’homologie entre la pureté de l’âme et la bonne senteur. On n’oubliera pas non plus le fait que les prêtres parfument tous les jours les statues des dieux, afin de les accorder à ce qu’on attend d’eux. Quant à « mourir en odeur de sainteté », ce sera l’ajout propre de la religion chrétienne !

Ce rapport aux parfums se démultiplie dans notre culture. La Bible insiste sur la volatilité de la fumée et l’évanescence des effluves, senteurs immatérielles symbolisant la montée vers Dieu de l’oblation humaine. Le fait d’oindre les pierres votives et les autels a quelque lien avec ce que nous présentaient aussi les Égyptiens.

Dans la Bible, toujours, on cite des familles de prêtres conservant le secret des compositions parfumées, notamment de celles que Dieu est censé avoir prescrites à Moïse, en interdisant leur usage profane. Le même écrit témoigne sans cesse de l’intérêt des Hébreux pour les aromates. Dans la version chrétienne de la religion monothéiste, le Christ est oint de Dieu (facilitant l’homologie entre le Christ, le sang, le parfum, la lumière et l’immortalité). Au passage, le judaïsme se montre plus favorable aux parfums que le christianisme, rois mages mis à part (une discussion nécessaire précise que l’or offert par l’un des trois rois est en réalité un baume). L’encens devient ainsi le terme générique pour tout parfum et la fumée est perçue comme l’image de la prière. Le symbolisme des parfums n’est évidemment pas absent de l’Islam. Le prophète conseillait de ne jamais refuser un parfum, il avait lui-même une passion pour les aromates.

Les jardins odorants

Et que dire des jardins et des commentaires des philosophes sur ces derniers, et pas uniquement en milieu musulman ? Les grands jardins de ce type (Grenade, Ispahan…) doivent être analysés de près. Le jardin est d’abord l’élément d’une métaphore : il est lieu et corps de l’amoureuse. Les parfums imprègnent alors l’atmosphère et les corps des amants. Profusion d’aromates dans les jardins : miel, vin, parfums… mais aussi dans les corps qui se mêlent. Le Cantique des cantiques ne cesse de détailler cette métaphore.

Quant aux jardins réels, ils sont parfumés, puisque le parfum rejoint ce qui vit sur terre et qu’il est obtenu par le traitement de matières végétales. Le jardin est le lieu même de l’envol des senteurs. Et il se déploie dans le temps (les saisons) ou déploie les senteurs dans le temps. Le mélange entre odeurs et couleurs s’accompagne d’une douceur de vivre et d’une sollicitation amoureuse, y compris lorsque le jardin se place au cœur du désert ou d’un paysage de sécheresse.

Encore n’est-il pas toujours aisé de nommer la complexité des odeurs du jardin. Dans les jardins les plus intéressants, les parfums traduisent les émotions qui ont conduit à sa composition.

Un imaginaire des corps sociaux

Il est un parallèle à entreprendre entre le recours au parfum et l’invention du bain (collectif ou individuel), puis entre le recours au parfum et la promotion des bains à usage de santé et d’hygiène, au moment même où le parfum de bain devient un enjeu social, et qu’avec les progrès de l’hygiène, la sensibilité aux pestilences passe de la ville au corps humain. De nombreux auteurs ont déjà travaillé sur ce plan : Alain Corbin, Georges Vigarello (combinant l’histoire des odeurs à l’histoire du corps)… Cet ouvrage y ajoute une analyse du rapport au linge dans le cadre des odeurs, surtout lorsque la dangerosité du bain le fait tomber en disgrâce, puisque« se laver avec de l’eau nuit à la vue, engendre des maux de dents et des catarrhes » (anonyme).

Grâce aux parfums, le corps est passé au centre des préoccupations. À la fois comme corps individuel et comme corps urbain. Insistons sur ce second aspect. La sensibilité aux odeurs et aux parfums se transforme. Il fallut du temps pour donner un statut aux odeurs urbaines. D’une certaine manière, le ton est donné quand on commence à percevoir Versailles (parc et château) comme un vaste ensemble de lieux qui soulèvent le cœur, du fait des urines et des matières fécales ; alors commence à germer l’idée d’un Paris asphyxié par une effroyable crasse. La suite est connue, entre Hausmann et Zola. Le parfum donne l’illusion d’une

véritable hygiène. Les pouvoirs thérapeutiques des parfums sont désormais commentés, et on relit les repères hippocratiques, transmis pas Galien, puis par les Arabes.

Viennent alors les souvenirs olfactifs des corps, décrits par des écrivains. Bien sûr, il s’agit de Charles Baudelaire ou de Marcel Proust. Mais cela concerne aussi les circulations de parfums à la surface de l’Europe. L’histoire de l’eau de Cologne est centrale ici, l’auteur la raconte. On peut dire la même chose des parfums d’agrément, qui subirent l’influence de la philosophie bourgeoise, furent ajustés aux nouvelles normes sociales et passèrent pour des signes d’intimité à la fin du siècle des Lumières (alors que Jaucourt commente le musc dans l’Encyclopédie et que Jean-Jacques Rousseau traduit la nouvelle sensibilité aux senteurs dans La Nouvelle Héloïse). Les parfums se distribuent autrement dans la série des Rougon-Macquart, alors que les parfums choisis diffèrent : onguents, huiles, crèmes, pâtes…

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités