Matières premières synthétiques

Aldéhyde

Les aldéhydes sont des molécules synthétiques existant à l’état naturel dans le zeste des agrumes. Il en existe plusieurs sortes qui diffèrent légèrement olfactivement, suivant leur taille, mais ils sont reconnaissables à leur odeur métallique, grasse, chaude, et suivant l’aldéhyde, plus ou moins orangée, grinçante, savonneuse, avec parfois un effet “fer à repasser”. Ils donnent de l’envolée et de la puissance aux compositions florales. On en retrouve dans Chanel N°5, Arpège, Calèche, White Linen, ou dans DKNY.

Amande

On n’utilise pas l’huile essentielle d’amande en parfumerie, mais on reconstitue les notes d’amande grâce à la coumarine, l’héliotropine ou l’alcool benzylique. On retrouve des notes d’amande, fruitées, poudrées, avec des aspects plus ou moins cerise entre autre dans les parfums suivants : Louve, Kenzo Amour, Rahat Loukoum, L’Eau d’Hiver, Burberry Brit, Gaultier 2, Summer by Kenzo, Datura Noir, Gucci pour Homme II, Bois Farine, Douce Amère, Castelbaljac.

Ambre

L’ambre naturel est la résine d’un arbre, d’abord liquide, qui cristallise à l’air par oxydation. Il n’est pas utilisé en parfumerie. On appelle ambre un accord de notes balsamiques : vanille, benjoin, labdanum, musc. L’accord ambré le plus célèbre est celui de Shalimar, ou d’Habit Rouge.
On retrouve des accords ambrés dans L’Eau d’Ambre, Ambre de Réminiscence, Ambre Sultan, Ambre Narguilé, Prada Amber, Musc Ravageur, Coromandel

Calone

Molécule synthétique artificielle, elle est utilisée pour composer les accords aquatiques ou marins. Elle a une odeur fraîche, marine, aqueuse, légèrement anisée, qui évoque la pastèque, le melon, le bord de mer et l’air iodé. On la retrouve dans L’Eau d’Issey, Acqua di Gió ou Cool Water .

Coumarine

Composant principal de la fève tonka, elle a une odeur douce, poudrée, amandée, qui peut évoquer la paille séchée, le foin ou le tabac blond. Elle est indispensable à la constitution de l’accord fougère, mais on la retrouve en note de fond de nombreux parfums orientaux ou boisés.

Cuir

Les notes cuirées en parfumerie sont généralement obtenues en combinant des matières premières synthétiques, comme par exemple l’Isobutyl Quinoléine, ou naturelles, comme le Styrax ou le Ciste-labdanum. Bandit, Cabochard, Gentleman, Cuir de Russie sont des parfums  cuirés.

Eugenol

Principal constituant de l’essence de clou de girofle, à 85%, il en a une odeur très proche, épicée, fumée, boisée, qui rappelle l’odeur de “chez le dentiste”. Il est souvent utilisé à l’état synthétique pour reconstituer des notes orientales, épicées, et notamment l’accord floral oeillet, comme par exemple dans L’Air du temps, ou Eternity.

Freesia

Originaire d’Afrique du Sud, le freesia appartient à la même famille que l’iris, les Iridacées. Les fleurs de freesia possèdent une odeur fraîche et légèrement poivrée, apparentée à celle du jasmin.

Hédione

L’hédione, ou dihydrojasmonate de méthyle, qui a été isolée et synthétisée en 1962, existe dans la nature dans le jasmin ou le thé. Sa première grande utilisation sera dans l’Eau Sauvage d’Edmond Roudnitska, qui s’en servira beaucoup par la suite. L’hédione a pour effet de renforcer la diffusion, la fraîcheur et le volume d’une composition, comme un « booster » d’odeur. Elle est massivement utilisée aujourd’hui dans la plupart des parfums. Prise isolément, l’hédione a une odeur subtile et légère de jasmin, verte, transparente, et donne une impression d’« air parfumé ».

Héliotropine

Molécule de synthèse, existant à l’état naturel en petite quantité dans la feuille de violette, elle présente une odeur assez proche de celle de la coumarine, douce, poudrée et amandée. Elle est cependant plus florale, plus délicate, moins tabac, et apporte une note poudrée aux accord floraux comme le lilas et aux orientaux.

Ionone

Cette famille de composés synthétiques permet de recréer une note violette, la distillation de celle-ci ne donnant aucun résultat (on extrait en revanche les feuilles de violette, dont l’absolue a une note très verte). Les ionones et les méthylionones on une odeur très douce, poudrée, florale, suave, sucrée, chaude, et rappelle les bonbons à la violette. Elles sont très utilisées dans les accords floraux, comme Paris, Trésor, Insolence, ou orientaux (Flower by Kenzo, Lolita Lempicka).

Isobutyl Quinoléine

Composé synthétique artificiel, cette molécule recrée une odeur de cuir, aux tonalités terreuses, chaudes, et réglisse. On la retrouve dans de grands classiques comme Cabochard, Aramis, mais aussi Bulgari Black.

Miel

Il n’existe pas d’huile essentielle de miel, mais les parfumeurs peuvent ajouter des notes miellées dans les parfums en uilisant par exemple l’absolue de cire d’abeille, qui a une odeur cireuse, miellée, herbale, de tabac et de foin. Ou encore des molécules comme l’acide phényl-acétique, à l’odeur caractéristique miellée, verte, boisée et légèrement vinaigrée. Certaines fleurs comme le chèvrefeuille ou le sering ont également des facettes miellées.
Il apporte une touche chaude, sucrée et animale aux accords floraux, orientaux ou chyprés, comme dans Gentleman, Poison, L’Eau d’Issey, Féminité du Bois, Rose Barbare, Rose Ikebana, Code for Woman, Rahat Loukoum, Ambre Narguilé, Bois d’Argent, Comme des Garçons, Fumerie Turque, Miel de Bois, Gucci by Gucci.

Muguet

Le muguet ne donne pas d’extrait naturel par distillation ou extraction, le rendement est trop mauvais pour en tirer quoique soit. Il est donc recomposé à l’aide d’éléments synthétiques comme notamment l’hydroxycitronnellal, découvert en 1908.
On sent le muguet dans les parfums suivants : Diorissimo, Lily of the Valley de Penhaligon’s, Anaïs Anaïs, Parfum d’été, Pleasures.

Musc

Le musc était à l’origine une matière première animale, provenant de la sécrétion d’une glande du chevrotin porte-musc, vivant en Asie, Sibérie ou dans l’Himalaya.
La récolte du musc pouvant entraîner la mort de l’animal, sa chasse est aujourd’hui strictement interdite, et tous les muscs utilisés en parfumerie sont depuis longtemps d’origine synthétique (sauf si vous trouvez au marché noir du véritable musc Tonkin via un contrebandier sibérien, mais cela n’est franchement pas recommandé !)
L’odeur du musc Tonkin peut être reconstituée par les parfumeurs (notamment à l’aide d’une base appelée “animalys”) et a une odeur extrêmement forte, animale, boisée, très extrême. On retrouve cette note dans Muscs Koublaï Khan, par exemple.

La synthèse des muscs synthétiques a commencé très tôt et se poursuit toujours dans les laboratoires des grands groupes de la parfumerie comme IFF, Givaudan, ou Firmenich, qui sont les inventeurs et les détenteurs de recettes complexes et tenues secrètes pour recréer des nouveaux muscs qui redoubleront de tenue, de chaleur, de sensualité, et d’unicité. Les molécules inventées se doivent également de ne pas avoir un impact négatif sur l’environnement ou la santé.

Il en existe plusieurs familles :

-  Les nitro-muscs, dont fait partie le musc cétone, à l’odeur poudrée, animale et florale, ont été largement utilisée dans la parfumerie du vingtième siècle, et sont aujourd’hui interdits par la législation.

-  Les muscs polycycliques, bien que de plus en plus incriminées pour leur impact sur l’environnement, sont tout de même encore utilisés, comme la galaxolide, à l’odeur propre, poudrée, florale violette, et légèrement mûre et framboise.

Les muscs macrocycliques, les plus « inoffensifs » aux yeux de la législation, sont de plus en plus utilisés : l’habanolide, un musc à l’odeur cireuse, chaude, qui rappelle le beurre de cacao ou la cire d’une bougie. La muscenone a une odeur poudrée, boisée et complexe, qui évoque la peau d’un bébé (la peau contient naturellement des muscs, ce qui confère toujours à ces molécules une évocation très « sensuelle »).
L’exaltolide sent à la fois la peau de bébé, la mûre, et donne une impression poudrée et cotonneuse. Ce musc a la propriété d’exalter les parfums, d’où son nom. Même si c’est le fruit d’une synthèse chimique, on en retrouve à l’état naturel dans la mûre ou l’angélique.

Pêche

Les notes de pêche sont reconstituées dans les parfums principalement grâce à des molécules appelées lactones, et particulièrement la gamma-undecalactone, qui existe à l’état naturel, et a été découverte et synthétisée au début du 20ème siècle.
On en retrouve dans Mitsouko, Fracas, Femme, Miss Dior, Diorella, Coco, Trésor, Amarige, Féminité du Bois, Dolce Vita, Gucci Rush, Rose Barbare.

Poire

Les notes fruitées de pomme et de poire sont principalement reconstituées grâce à un groupe de molécules appelées esthers, ou acétates. Par exemple, l’acétate d’hexyle sent la poire et l’acéto-acétate d’allyle sent la pomme.
On sent la poire entre autre dans Ô Oui, Petite Chérie, Burberry Brit, Curious, Armani Code Woman, Emporio Armani Remix for Her pour les féminins, et Cerruti Image, Hugo Deep Red, Higher pour les masculins.

Pomme

Les notes fruitées de pomme et de poire sont principalement reconstituées grace à un groupes de molécules appelées esthers, ou acétates. Par exemple, l’acétate d’hexyle sent la poire et l’acéto-acétate d’allyle sent la pomme. Les notes pomme sont également composées grâce au verdox, qui a une odeur verte, aromatique et fusante.
On sent la pomme dans les parfums féminins : Escape, Hugo Woman, Light Blue, Red Delicious, Daisy, et dans les masculins : Hugo, Boss Bottled, Lacoste Style in Play, Be Delicious for Men

Poudré

On dit d’un parfum qu’il est poudré lorsqu’il évoque l’odeur du talc, de la poudre de riz, c’est-à-dire des notes douces, cottoneuses, cosmétiques. Les matières premières associées aux parfums poudrés sont entre autres : la coumarine, l’héliotropine et les ionones. La violette, le mimosa, l’iris et l’amande sont aussi parfois qualifiées de notes poudrées.

Praline

Le maltol, ou veltol, existe dans le cacao et a une odeur de caramel, de pain grillé et de noisette. Il est utilisé pour recréer les notes gourmandes « pralinées », de gâteau, chocolat, etc…
L’ethyl-maltol, un dérivé artificiel, beaucoup plus puissant, est également largement utilisé dans ce genre d’accord, comme par exemple Angel, Lolita Lempicka, Flower Bomb, Nina, Black XS for Her.

Vert

Les notes vertes en parfumerie peuvent être apportées par des matières naturelles, comme le galbanum, les feuilles de violette ou le petit grain, ou bien par des molécules de synthèse, comme par exemple le cis-3-hexenol, qui existe dans la nature (violette, thé, géranium) et apporte une note verte, végétale, fruitée, fusante, qui rappelle l’odeur de l’herbe coupée. On l’utilise aussi pour reconstituer des notes fruitées comme la pomme ou la fraise. On le sent par exemple dans Daisy.
Les parfums féminins verts naturels sont par exemple Vent Vert, Chanel N°19, Alliage, Beautiful.

Violette

Seules les feuilles de la violette peuvent donner naissance à une absolue, à l’odeur verte, poudrée et terreuse. Pour obtenir une note de fleur de violette, les parfumeurs font une composition à base d’autres matières, dont notamment les ionones, très caractéristiques de cette fleur.

Œillet

L’Œillet est généralement un accord reconstitué par les parfumeurs à l’aide de note épicées, clou de girofle (eugénol), florales rose, ylang, iris, et baumées, vanillées.

Print Friendly, PDF & Email
Publicités