Types et constituants d’un parfum

 

Avant de rentrer dans le détail des différentes matières premières entrant dans la composition des parfums et des techniques de sa fabrication et de son élaboration, il est important de bien définir le terme « parfum ».

Les parfums sont plus prosaïquement des « cosmétiques », et sont donc définis par l’article 2 du règlement (CE) n°1223/2009 du Parlement européen et du Conseil du 30 novembre 2009 relatif aux produits cosmétiques : « toute substance ou mélange destiné à être mis en contact avec les parties superficielles du corps humain (épiderme, systèmes pileux et capillaire, ongles, lèvres et organes génitaux externes) ou avec les dents et les muqueuses buccales, en vue, exclusivement ou principalement, de les nettoyer, de les parfumer, d’en modifier l’aspect, de les protéger, de les maintenir en bon état ou de corriger les odeurs corporelles ».

Il reste très difficile de donner une définition au parfum, et c’est peut-être là la source de sa richesse. En français, le mot « parfum » est un terme quelque peu ambigu, susceptible de plusieurs acceptations. Il s’agit d’une odeur, d’une fragrance ; pour d’autres c’est plutôt une substance odorante, c’est–à-dire un liquide qui se distingue des autres puisqu’il devient une fragrance en s’évaporant. Le parfum est initialement une composition odorante émise dans la nature par une plante, un animal ou un humain, un champignon, un minéral ou un environnement (prairie, sous-bois, pinède, etc.). Dans le milieu naturel, les parfums sont souvent des messages chimiques et biochimiques, et notamment des phéromones ou phytohormones, molécules odorantes jouant un rôle majeur dans le règne végétal et animal .

Aujourd’hui, la notion de parfum désigne « un mélange odorant de composition complexe. Il est généralement composé d’huiles essentielles et/ou éventuellement de molécules de synthèse, puis dilué dans l’alcool. Des milliers de combinaisons sont possibles, parmi lesquelles seules quelques-unes deviendront de grands succès internationaux en parfumerie ».

Alors qu’une fragrance est un terme très général qui caractérise tout composé volatil odorant. Souvent, ce terme est synonyme de « bonne odeur ». Les fragrances sont des additifs pour les médicaments, les cosmétiques, les savons, les détergents, les produits d’hygiène, les papiers de toilette, les bougies parfumées etc. Ils servent souvent à masquer une odeur désagréable .

Constituants du parfum :

De manière générale, un parfum est constitué :

D’une partie odorante « concentrée » : C’est un mélange de composés naturels et synthétiques, associés par le parfumeur en proportions bien définies ;

D’un support : il s’agit de l’alcool, huile ou baume ;

D’un fixateur : Il est indispensable de fixer le parfum afin que l’odeur dure plus longtemps et pour ce faire, il convient de retarder l’évaporation des constituants . Les fixateurs sont représentés par les baumes, gommes, les « infusions animales » (ambre gris, musc, civette, castoréum) ou ceux d’origine synthétique  ;

Des additifs : les additifs sont peu nombreux dans un parfum. On y trouvera cependant :

  •  Des agents de dénaturation de l’alcool : phtalate d’éthyle et phtalate de méthyle ;
  • Des antioxydants, buthylydroxyanisole (BHA), buthylhydroxytoluène (BHT), pour protéger le parfum de l’oxygène de l’air après ouverture ;
  •  Des colorants CI 14700, CI 15985…
  •  Des solubilisants (PEG-40 hydrolized castor oil) ;
  •  Des solvants (propylène glycol) ;
  •  Des filtres solaires (ethylhexyl methoxycinnamate, octyl salicylate) pour le protéger des radiations actiniques .

Les produits :

« Eau de Cologne », « eau de toilette », « eau de parfum », « extrait » sont des termes qui désignent des formes d’expression du parfum et non simplement des concentrations différentes.

Bien que la mondialisation uniformise les goûts, les concentrations des parfums déterminent encore les choix des produits. L’Asie et le Japon en particulier préfèrent les parfums à faible concentration afin de ne pas masquer l’odeur de la peau, alors qu’aux Etats unis se sont les fortes concentrations, parures de la peau qui sont appréciées.

Suivant l’origine de fabrication des produits, mais aussi les traditions et habitudes de consommation les concentrations varient :

– L’eau de Cologne contient entre 2% à 4 % de concentré de parfum. A noter que l’appellation « Cologne » aux Etats-Unis est équivalente à la dénomination

« eau de toilette » en Europe ;

– L’eau de toilette contient de 5% à 20% de concentré de parfum ;

– L’eau de parfum contient entre 10 % et 20% de concentré de parfum ;

– L’extrait contient entre 15 et 35% de concentré de parfum .

Exemple de formule d’une eau de parfum :

La formulation « Eau de Parfum »  contient 78% d’éthanol dénaturé, sa source peut être synthétique, ou naturelle (amidon de blé, betterave à sucre, l’alcool de mélasse) et peut donner lieu à une odeur différente dans le produit final, il est donc important de savoir quel type d’alcool est susceptible d’être utilisé. Compte tenu du niveau élevé de l’alcool (et le faible niveau conséquent de l’eau), il est peu probable qu’il soit nécessaire l’ajout d’agents de solubilisation.

La formule contient également un absorbeur de rayonnement ultraviolet (UV) : la benzophénone-2, qui va protéger le parfum de la lumière et empêcher ainsi sa dégradation, bien que les consommateurs soient encouragés à maintenir les parfums dans l’obscurité, le fabricant doit protéger le produit de ces clients qui insistent à le stocker sur un rebord de fenêtre ensoleillée. Un ingrédient hydratant, qui a également des propriétés de fixateur de parfum (PPG-20-éther méthylique de glucose), est aussi incorporé dans ce cas .

Ingrédient % w/w
Ethanol (DEB 100) 78.00
Concentré de parfum 12.00
Eau purifié 8.50
PPG-20 methyl glucose ether 1.00
Benzophenone-2 1.50
Print Friendly, PDF & Email
Publicités