L’éthanol en cosmétique

L’alcool éthylique, dénommé longtemps esprit de vin, de formule CH -CH -OH, est un ingrédient important pour les industries de la beauté et de la parfumerie.

Issu classiquement de la fermentation des sucres, qui est l’une des plus anciennes biotechnologies employée par l’homme, l’éthanol a été utilisé depuis la Préhistoire pour obtenir des boissons alcoolisées. Des analyses chimiques dans des jarres datant du Néolithique trouvées dans un village en Chine, ont révélé que des mélanges de boissons fermentées composés de riz, de miel et de fruits étaient produits dès le VIIe av. J.-C. Bien que la distillation soit une technique connue des alchimistes gréco-égyptiens, les premières traces écrites de production d’alcool ne remontent qu’au XIIe siècle.

En 1796, Johann Tobias Lowitz obtient de l’éthanol pur en filtrant sur du charbon actif de l’éthanol distillé. An- toine Lavoisier sera le grand spécialiste. Il détermine que l’éthanol est composé de carbone, d’oxygène et d’hydro- gène, et en 1808, Nicolas Théodore de Saussure déter- mine sa formule brute. En 1858, Archibald Scott Couper publie la structure chimique de l’éthanol, qui est l’une des premières structures déterminées.

L’éthanol est pour la première fois préparé de façon synthétique en 1826 par les travaux de Georges Serullas en France et de Henry Hennel au Royaume-Uni. En 1828, Michael Faraday synthétise de l’éthanol par l’hydratation de l’éthylène en catalyse acide, une synthèse proche au procédé industriel utilisé de nos jours.

L’éthanol a aussi été utilisé comme combustible dans les lampes, et comme carburant pour les automobiles jusque dans les années 1930. Par exemple, la Ford T pouvait fonctionner avec de l’éthanol pur.

Le dosage et la titration de l’alcool seront l’œuvre de Gay Lussac dont les étudiants en chimie se rappelleront probablement avec nostalgie.

Alcoomètre centésimal et table de conversion (1824) [2]

Dans les industries Parfum/Beauté, Il est avant tout le solvant quasi universel des parfums, dans lequel les compositions parfumantes sont soigneusement dis- soutes et stabilisées. L’utilisation de l’alcool en parfumerie à la Renaissance fera faire des progrès significatifs à cette industrie, soit dans la préparation des ingrédients de base (alcoolats et macérats) que des produits finis, la parfumerie alcoolique devenant la règle.

Mais il intervient également de la formulation de nombreux autres produits, aussi bien comme ingrédients de base, solvant, bactériostatique, modificateur de texture, et sensoriels etc. mais également comme ingrédient technologique avec des visées bien spécifiques, comme par exemple l’activation des colloïdes organophiles en suspension.

Pourquoi y a-t-il de l’alcool dans votre parfum ?

Quel que soit votre parfum, l’alcool représente au minimum 80% de sa composition. Est-ce pour vous mettre en joie le matin quand vous vous parfumez ? Cela peut être une raison mais ce n’est pas la principale.
La substance odoriférante est le concentré du parfum. C’est une huile qui doit être déposée en faible quantité pour bien exhaler. Il est donc nécessaire de la diluer dans de l’alcool éthylique choisi pour sa neutralité. Dès l’application du parfum, l’alcool s’évapore rapidement en provoquant ce sentiment de fraîcheur. Sur la peau reste alors le concentré qui diffuse son odeur tout au long de la journée par évaporation progressive des molécules odorantes.
Selon la quantité de concentré présente (20 à 15 % pour un parfum, 10 à 20% pour une eau de parfum, 6 à 8% pour une eau de toilette), la diffusion sera plus ou moins longue. Alors à vous de choisir !

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités